Le Sel des Alpes

A Bex, les Mines de sel font partie du patrimoine historique de la ville. Les Mines de sel de Bex se visitent grâce au train des mineurs, qui conduit le visiteur au coeur de la montagne salée, comprendre l'histoire du Sel des Alpes.

Les mines de sel de Bex

La première galerie de ces fameuses mines de sel a été creusée en 1684. Le sel qui en est extrait provient des glaciers d'Azeindaz et des Diablerets. Il est extrait par dissolution avec l’eau de source provenant de la fonte des glaciers, ce qui permet de préserver son extrême pureté. La veine salifère est sondée, puis on introduit de l’eau de source dans la partie sondée à l’aide d’un tube. Cette eau dissout le sel et, ne trouvant pas d’issue, remonte. Lorsqu’elle ressort, elle est salée. Cette saumure brute, c’est ainsi qu’on appelle l’eau chargée de sel, est ensuite transportée par saumoduc à la Saline de Bex. Elle contient environ 300 grammes de sel par litre. Le sel est ensuite extrait de l’eau par évaporation. C’est ce qu’on appelle le salinage. Autrefois, on utilisait le feu pour faire évaporer l’eau de source. Aujourd’hui, on utilise une technique de thermocompression, d’ailleurs mise au point à la Saline de Bex, et qui a permis de réaliser de considérables économies d’énergie. Une fois le sel récupéré, il est séché et conditionné, sans manipulation supplémentaire ni additif. La mine de sel de Bex produit environ 35 000 tonnes de sel des Alpes.

Visiter les mines

Un parcours au coeur des galeries de la mine, qui forment un véritable dédale et dont seuls quelques kilomètres sont ouverts au public, permet de découvrir l’évolution de l’exploitation de la mine depuis 1684. Dans la mine, on a la surprise de découvrir la technologie et une présentation audiovisuelle, ainsi qu’une exposition, permettant de retracer plus de 300 ans d’histoire. C’est ensuite en train des mineurs que l’on rejoint le coeur de la mine.

Les Trekkmines sont une manière originale et un peu plus sportive de découvrir la mine. Cette exploration n’a rien à voir avec de la spéléologie, mais elle nécessite toutefois quelques précautions.  Deux parcours sont proposés, dont un peut se prolonger par un repas du mineur.

Le sentier du Sel

Au départ de Salin sur Ollon, à la halte de Plambuit, un sentier de 12,5 km rejoint la saline du Bévieux. Ce parcours de randonnée, d’un niveau facile, s’effectue en environ cinq heures, avec des pauses ou étapes possibles. Il est fléché par des panneaux indiquant “Le sentier du sel”, et des pancartes truffées d’informations permettent de tout savoir de l’histoire du sel et de la région. Les encarts “Hé les p’tits loups” s’adressent tout particulièrement aux enfants et leurs proposent des contes, bricolages ou chansonnettes à entonner pour se donner du coeur à la marche.

Ce sentier suit le tracé d’un ancien saumoduc, un aqueduc à saumure en bois de mélèze, qui servait à acheminer l’eau salée jusqu’à la saline. Petit bonus qui fait le charme de la balade, les guides sont en costume d’époque, pour une promenade vraiment immersive. Le site internet http://www.sentierdusel.ch/ met à disposition un document pdf qui contient un plan, ainsi que toutes les informations pratiques. Cette randonnée relativement facile, ludique et pédagogique et qui ravira les amoureux de la nature, les amateurs d’histoire et les férus de géologie, est idéale pour les familles.


A découvrir