Le lac Léman : carte d'identité

Plus grand lac d’Europe occidentale, le Lac Léman s’est formé il y a près de 15 000 ans, suite à diverses origines géologiques. Situé à 372m d’altitude, sur la frontière franco-suisse, il est en effet composé de deux bassins : le Grand Lac (à l’Est), fruit d’un plissement tectonique, et le Petit Lac (à l’Ouest), résultant du retrait du glacier du Rhône après la dernière période glaciaire.

Long de 72,8 km et d’une largeur maximale de 13,8 km, le Lac Léman ou Lac de Genève, de part sa forme particulière de croissant, s’étend sur 348,4 km² en Suisse romande et 234 km² en France, pour une superficie totale de 582,4 km². Partagé entre les cantons de Genève, de Vaud et le canton du Valais côté suisse, et la Haute-Savoie côté français, il peut atteindre jusqu’à 308,99m de profondeur. Véritable mer intérieure, le lac franco-suisse occupe un volume de 89 km³, avec une eau pouvant aller de 4 à 25°C en surface selon les saisons. Traversé d’Est en Ouest par le Rhône – son principal affluent, il jouit également d’un micro climat, rendant les températures plus douces en hiver et rafraîchissant l’air en été.

Très surveillé par la CIPEL (commission franco-suisse chargée de surveiller l’évolution de la qualité de ses eaux), le lac Léman a vu ses berges fortement artificialisées : aujourd’hui, seulement 3% de ses côtes sont encore sauvages (on y trouve notamment la réserve naturelle des Crénées), quand 23% sont occupées par prés semi-naturels et cultures, et qu’environ 60% des abords ont été aménagés, pavés ou encore privatisés. Malgré cela, il est le lieu de vie de plus d’une trentaine d’espèces de poissons, et accueille parfois jusqu’à 170 espèces d’oiseaux, sédentaires et nicheurs ou migrateurs. Haut lieu de baignade et de loisirs aquatiques, le Lac Léman a également pour mission principale de fournir de l’eau potable à plus de 500 000 personnes en France comme en Suisse, grâce à l’exploitation de onze stations de pompage.


A découvrir